Ma reconversion professionnelle ou comment j'ai franchis le pas

De l'industrie pharmaceutique à la micro-brasserie !

La Délicatesse paru dans l'Est Républicain

L'étymologie du mot "travail" vient du mot latin "trypalium" qui, je vous le donne en mille, est un instrument de torture... Dans notre société, nous employons le mot travail pour définir notre activité professionnelle. Se pose alors la question de la considération de notre bien-être et bonheur au travail. Aujourd'hui, je pense qu'il est plus que nécessaire de se réconcilier avec le mot "travail" et de l'associer, non pas à une torture quotidienne en échange d'une rémunération, mais à un épanouissement personnel associé au plaisir d'apprendre, de rencontrer des gens, de communiquer et d'expérimenter.


C'est le cheminement que j'ai eu en 2018 à la suite d'un licenciement économique. Après 20 ans de salariat dans le conseil en management, il va sans dire que la période qui a suivi l'annonce de mon licenciement n'a pas été facile, devant faire face au regard parfois inquiet de mon entourage et à mes propres peurs à l'idée de perdre les avantages financiers que représentaient mon contrat professionnel.


Depuis toujours passionné de bières artisanales et ayant la volonté de me tourner vers un métier plus manuel et terre-à-terre, j'ai alors réfléchi à l'éventualité d'ouvrir ma propre micro-brasserie. Je me suis tourné vers l'APEC et Alexis Grand Est (organismes qui accompagnent les jeunes porteurs de projet dans la réflexion et dans l'élaboration de leur plan commercial) qui m'ont aidé à structurer mon projet, me poser les bonnes questions et à construire un plan solide pour la création de ma propre brasserie.

En parallèle, je me suis inscrit à une formation d'initiation à la micro-brasserie dispensée par l'IFBM à Vandœuvre-les-Nancy. Ont suivis une série de stages complémentaires au Musée français de la brasserie situé à Saint-Nicolas de Port.


Une fois la période de formation et de création administrative de l'entreprise terminée, j'ai eu la chance de rencontrer d'autres brasseurs qui m'ont accueillis dans l'environnement bienveillant et formateur qu'est l'univers des brasseries artisanales locales.

Je remercie d'ailleurs Laurent Kobler (fondateur de la Brasserie La Chaouette et président de l'association des Brasseurs locaux) et Jean-Luc Poncin (fondateur de la Brasserie Nettancourt) de m'avoir épaulé sur le choix des fournisseurs et de m'avoir tant appris sur le métier de brasseur. Je remercie également Emilien Kuhn de la Brasserie La Tumulte dont le matériel équipera ma future brasserie. Aujourd'hui, je travaille également avec Katy Klein de la Brasserie des Pap'illes, chez qui je brasse à façon les bières La Pure, La Succulente et La Subtile.


Thomas prépare les ingrédients pour la Délicate

"Apprendre en permanence, accepter ses erreurs avec bienveillance, partager ses expériences, mettre son âme et sa personne dans un projet" voilà ce qui constitue aujourd'hui ma définition du mot"travail".



Maintenant que vous en savez un peu plus sur mon parcours et mon cheminement personnel et professionnel, j'espère vous donner le courage pour vous lancer, vous aussi, dans une reconversion professionnelle à votre image. Parce qu'il est important de s'épanouir et se sentir libre de ses choix, malgré les craintes que peuvent représenter l'abandon d'un poste confortable dans une entreprise et la peur de se lancer dans l'entreprenariat.


Posts similaires

Voir tout

LEGAL

ADRESSE

Brasserie La Délicatesse
45 rue Emile Coué
54000 Nancy

SOCIAL

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
ABONNEZ-VOUS
au petit journal de la brasserie